Holiday Shop


WGBH Radio WGBH Radio theclassicalstation.org

The Enchanted Island / Christie, DiDonato, De Niese, Domingo, Daniels


Release Date: 11/19/2012 
Label:  Virgin Classics   Catalog #: 404249  
Composer:  Various
Performer:  Leyla ClaireLisette OropesaDanielle De NieseLuca Pisaroni,   ... 
Conductor:  William Christie
Orchestra/Ensemble:  Metropolitan Opera ChorusMetropolitan Opera Orchestra
Number of Discs: 2 
In Stock: Usually ships in 24 hours.  

Notes and Editorial Reviews

A showcase for – and a love letter to – a century of amazing music” is how the creator of The Enchanted Island, Jeremy Sams, described this spectacular operatic pasticcio of music by Handel, Vivaldi, Rameau, Purcell and others. Premiered at the Metropolitan in New York on New Year’s Eve 2011, it stars Joyce DiDonato, David Daniels, Danielle de Niese and Plácido Domingo, and is conducted by William Christie.

With a story based on Shakespeare’s The Tempest and A Midsummer Night’s Dream, it was not the work of contemporary composer, but instead drew on works by figures of the Baroque era – Handel, Vivaldi, Rameau, Purcell, Campra, Ferrandini, Leclair and and Rebel. Devised by the British writer, librettist and translator
Read more Jeremy Sams, the piece revived the 18th century tradition of the pasticcio, taking arias from a variety of different sources and setting them to a new libretto.

If the work itself was an exotic hybrid, the cast comprised thoroughbreds. The leading roles were assigned to Joyce DiDonato as the sorceress Sycorax, David Daniels as the magician Prospero, Luca Pisaroni as Sycorax’s son Caliban and Danielle de Niese as Prospero’s spirit aide Ariel, while, making a special appearance as King Neptune and rising from the watery depths of the ocean to the bubbling strains of Handel’s Zadok the Priest, was the indefatigable Plácido Domingo. Meanwhile, a cornucopia of rising talent filled the roles of the opera’s six young lovers – Lisette Oropesa, Layla Claire, Elizabeth DeShong, Anthony Roth Costanzo, Paul Appleby and Elliot Madore – while the conductor was that established master of baroque opera, and an essential figure in the Virgin Classics catalogue, William Christie.

The sumptuous production, designed by Julian Crouch and blending 18th-century theatrical techniques with advanced video projections, was by Phelim McDermott. Handel is the dominant figure among the composers enlisted by Jeremy Sams, and The Enchanted Island repurposes numbers from his operas (including Alcina, Ariodante, Partenope, Semele, Tamerlano and Teseo), his oratorios (Hercules and Judas Maccabaeus) and his cantatas.

R E V I E W: 3712660.az_SAMS_Enchanted_Island.html

SAMS (compiled) The Enchanted Island William Christie, cond; David Daniels (Prospero); Danielle de Niese (Ariel); Joyce DiDonato (Sycorax); Luca Pisaroni (Caliban); Lisette Oropesa (Miranda); Layla Claire (Helena); Paul Appleby (Demetrius); Elliot Madore (Lysander); Plácido Domingo (Neptune); Met Opera O & Ch VIRGIN 40424996 (2 DVDs: 180:00) Live: NYC 2012


There’s only one thing I don’t understand, Colombo said to me after we saw The Enchanted Island. Why, with so many excellent baroque operas awaiting revival at the foot-dragging Met—did they decide to place some of their best performers, designers, and buckets of money at a modern pasticcio cobbled from several sources? I knew he was onto something. Hopefully, it wasn’t me. I certainly had nothing to do with the way the Met treats baroque opera several generations into its revival as though it were a graceless stepchild—the kind everybody hopes will grow into something different in perhaps oh, another decade or three. Mustn’t rush things; audience support is a fickle thing. Which would certainly be true if it were not that many primary and secondary opera houses around the world have already gotten over the delirium tremens caused by acute withdrawal from just one warhorse production a year in order to mount, with great success, works by the likes of Handel, Rameau, Lully, Purcell, Steffani Campra, Vivaldi, etc.


But cheer up: It may not be Vivaldi or Campra, but at least it’s the first time these composers have invaded the sanctum sanctorum of the Met. And I suppose that’s reason to be pleased, assuming the Met stops treating baroque opera in general as though it were the kind of suitor who can only be snuck in the back door on evenings when the family is away. It’s not that disreputable, after all. It’s proven that box office receipts won’t collapse if baroque opera is programmed, as other major opera houses have discovered to their delight. As long as it isn’t used by a stage director who wants to demonstrate just what an unsung genius he/she is.


Jeremy Sams actually does a good job of patching together The Enchanted Island’s musical quilt. Its selections are all of excellent quality, with the primary draw being Handel from many sources (Semele, La Resurrezione, Ariodante, Hercules, Atalanta, etc.). This creates a laudable sense of stylistic unity; and quite a few (though not all) of the arias adapted to this plot, made up from The Tempest, A Midsummer Night’s Dream, and your choice of a gods-to-the-rescue vehicle, fit expressively in their word-settings. The introduction of music by Rameau, Vivaldi, and Campra in particular, on the other hand, truly stands out from the rest, drawing attention away from what’s happening on the stage and in the pit, focusing attention instead on the switch of musical turf. In fairness, a listener unfamiliar with baroque music might not notice the changes, but audiences these days are pretty sophisticated.


The literary adaptation fails to show us that Sycorax is worthy of restoration to her place as ruler of the island Prospero usurped; so that when she is finally given control once more through the intervention of Neptune, there’s no evidence she will be less manipulative and high-handed than her predecessor. That aside, it’s cleverly written, if with little of the building dramatic tension Haim managed for Handel out of far less prepossessing material.


The production is excellent, with colorful, period costumes, strong stage direction, first-rate special effects, and effective scenery as required. In one respect I would fault it: a tendency to go for occasional cheap gags that undercut all the Met has achieved. The most glaring example (if hardly the only one) would be our introduction to Neptune’s watery kingdom, easily the visual highlight of the evening, weakened by having Ariel appear midway in a pressurized diving suit and helmet. She jettisons the helmet as soon as she needs to sing, and doesn’t require it anyway, of course, being a spirit rather than mortal; so its only purpose could be to get a laugh precisely where one wasn’t needed. This has its repercussions later on, when a perfectly serious line by Neptune is received by the audience with laughter because they’d already been primed to think much of what was going on was (in effect) a joke.


The singing could hardly be bettered, regardless. If David Daniels sounds a bit throaty at times, Joyce DiDonato and Danielle de Niese are in excellent form. Luca Pisaroni has some trouble with the coloratura he’s handed early on, but rises to deliver a magnificently touching version of what is arguably the score’s centerpiece, “If the air should hum with noises.” Domingo’s recitative and simple passagework doesn’t conceal the delightful survival of so much tone, along with the expected skill. The acting is uniformly good, but kudos again in specific to Pisaroni. If it’s difficult to pull off Caliban in normal circumstances, it’s doubly so when your face is a two-toned yellow-and-white pancaked mask with red highlighting. Yet he brings it off.


The camerawork is attractively handled, with a subtle use of diagonals and shots from above and below. Sound formats are LPCM stereo and DTS 5.1 surround; video is 16:9. Subtitles are available in English, French, German, Spanish, and Italian.


Worth getting? Personally, if I were buying a first baroque opera for somebody as a gift, I’d still prefer McVicar’s brilliant production of Giulio Cesare (Opus Arte OA 0950 D), Dörrie’s effervescent Admeto, or Ponnelle’s remarkably astute and dramatic L’incoronazione di Poppea (Deutsche Grammaphon 00440 073 4174). But if you’re buying for yourself, and you have the baroque operas that have been released so far in decent productions, The Enchanted Island makes for a fun evening. You may also enjoy sitting back and naming the composers as they come along, as I did out loud until Colombo started throwing popcorn at me.


FANFARE: Barry Brenesal
Read less

Works on This Recording

1.
The Enchanted Island by Various
Performer:  Leyla Claire (Soprano), Lisette Oropesa (Soprano), Danielle De Niese (Soprano),
Luca Pisaroni (Bass Baritone), David Daniels (Countertenor), Joyce DiDonato (Mezzo Soprano),
Placido Domingo (Tenor), Elizabeth Deshong (Mezzo Soprano), Anthony Roth Costanzo (Countertenor),
Paul Appleby (Tenor), Elliot Madore (Baritone)
Conductor:  William Christie
Orchestra/Ensemble:  Metropolitan Opera Chorus,  Metropolitan Opera Orchestra

Customer Reviews

Average Customer Review:  3 Customer Reviews )
 Defective copies January 19, 2013 By George Tenegal (Chicago, IL) See All My Reviews "So far I have only been able to watch the second act on the 2nd disc, as both first act copies I received wouldn't play. It's VERY frustrating because I really loved the 2nd act performance. Arkiv has not rectified my problem! I've written again to inform them that the 2nd copy they sent me wouldn't play, and have gotten no response. The cast is excellent and the performances are thrilling, especially Joyce DiDonato. I woult truly love to see the complete performance!" Report Abuse
 C'est une fête January 16, 2013 By michel dufour (montreal, QC) See All My Reviews "Quelle belle audace que ce projet de Peter Gelb, directeur du Met, de créer un pasticcio d’opéra baroque. Avec l’aide du maestro William Christie et de l’écrivain Jeremy Sams, Gelb a rassemblé une formidable équipe de chanteurs et de techniciens qui a produit cette œuvre remarquable le 31 décembre dernier. Tout en étant séduits par ces airs mémorables mis en valeur par des chanteurs haut de gamme et un texte clair aux saveurs quelque peu surannées comme il se doit, nous avons été gagnés par les effets visuels magiques (collaboration intéressante de 59 Productions), l’intelligence de la direction et le plaisir communicatif des participants qui envahissait la salle. Jeremy Sams a expliqué comment s’est constitué ce joyeux pastiche d’opéra baroque, comme il s’en faisait d’ailleurs au XVIIIe siècle. Au départ, l’idée vient de Peter Gelb, qui lui en a dit deux mots. Écrivain, cinéaste et passionné de musique baroque, ce dernier consacre un certain temps à revisiter ses classiques, d’abord Purcell, surtout Handel pour sa richesse, mais aussi Vivaldi pour son lyrisme, les Français Leclair, Rameau bien sûr, pour les musiques de ballet, et quelques autres. Pour l’histoire, il revoit Shakespeare (La Tempête, Songe d’une nuit d’été) et Dryden (qui adapte justement La Tempête de Shakespeare sous le nom de The Enchanted Island, 1667) et avec qui Purcell a étroitement travaillé. Alors que la musique est reprise quasi intégralement (ce qui n’exclut pas les improvisations), les histoires de Shakespeare ne servent vraiment que de point de départ. Les interprètes admettent se définir à partir du texte de Sams plutôt que de ceux de Shakespeare. Sycorax, par exemple, est mentionnée dans La Tempête mais n’apparaît pas dans la pièce de Shakespeare. L’inspiration est libre, même si on retrouve un genre d’histoire fréquent à l’époque, y compris magiciens, pouvoirs occultes, personnages bizarres, potions magiques… Univers dans lequel il n’est pas surprenant qu’on tombe en amour rapidement, ou qu’on perde la mémoire, qu’on erre de forêts mystérieuses en cavernes inquiétantes, que la mer se déchaîne et que le dieu Neptune doive intervenir pour mettre un peu d’ordre (et de moralité) dans cet état de nature anarchique. Puis, avec le chef Christie et l’équipe de direction, il a été décidé qu’il faudrait un contre-ténor pour chanter Prospero, une soprano colorature pour le rôle d’Ariel, une mezzo dramatique pour Sycorax, une basse pour Caliban, une soprano lyrique pour Miranda, la fille de Prospero. Comme par hasard, de grandes vedettes étaient justement disponibles. Était disponible également Placido Domingo, ce qui ne lui arrive pas souvent, et Gelb en profita pour demander à Sams s’il n’y aurait pas moyen de créer un rôle pour lui. Or, il manquait effectivement un dieu, et la figure de Neptune s’imposa. Il s’agissait maintenant de travailler avec le chef, de choisir des airs qui plaisaient aux chanteurs et supportaient bien le texte (l’équipe fut ici aidée par Ellen Rosand de Yale, spécialiste du baroque). Par exemple : dans le répertoire baroque, y a-t-il un quatuor où deux jeunes couples se réveillent en même temps? Ou un trio baryton, ténor, soprano, où la femme manifeste une froide indifférence aux avances d’un homme? Ou un sextuor? Non. Et bien, on prendra un quatuor de Handel et on l’arrangera. Puis, le metteur en scène Phelim McDermott et son assistant Julian Crouch, aussi scénographe, testent la pièce sur la scène, bientôt rejoints par l’équipe de décorateurs et de producteurs d’effets spéciaux, de costumiers, d’éclairagistes, l’orchestre, les choristes… et c’est parti! De fait, on considère encore le spectacle comme work in progress (création évolutive), et c’est certain que la dixième représentation ne ressemblera pas à la première. C’est assez fantastique cette interaction entre tous les participants, qui ont rarement une telle marge de manœuvre pour contribuer à améliorer un spectacle. Pour la bonne raison que, contrairement à ce qui se faisait auparavant, les troupes jouent aujourd’hui presque toujours des œuvres qui ont été coulées dans le béton depuis longtemps. Un seul exemple : dans l’entrevue qu’elle donne sur le site du Met, DiDonato explique comment les costumes qu’on a faits pour elle l’ont aidée à trouver son personnage, et comment elle a choisi certains airs tout en se fiant au chef Christie « qui connaît bien ma voix ». Chacun invente vraiment son personnage. Ou, comme dit Sams : « Chaque rôle est écrit pour l’artiste qui le crée ». McDermott et Crouch ont monté dernièrement cet opéra difficile de Philip Glass qu’est Satyagraha. Ils méritaient bien de se payer la traite avec cette Ile enchantée, également enchanteresse. Argument Il y a une quinzaine d’années, le magicien Prospero a été exilé de Milan sur une île avec sa fille Miranda. Il a alors séduit la sorcière Sycorax, mais a fini par la laisser tomber, et a asservi Caliban, le fils de Sycorax, et Ariel, un lutin qui la servait. Aujourd’hui, le souci de Prospero est d’offrir à sa fille un bon époux qui assurera son avenir; Sycorax, de son côté, refait tranquillement ses forces pour prendre sa revanche avec l’aide de Caliban; Ariel rêve à sa liberté. Un navire s’approche de l’Ile; à son bord, le roi de Naples et le prince Ferdinand, certes un bon prospect pour Miranda. Prospero promet à Ariel de lui rendre la liberté si elle parvient à créer une tempête qui aura pour conséquence de précipiter sur l’Ile les distingués voyageurs. Caliban, cependant, a volé à Prospero la fiole de sang de dragon aux pouvoirs magiques et l’a remplacée par une inoffensive fiole de sang de lézard. De sorte que, quand Ariel utilise cette fiole pour attirer sur l’Ile Ferdinand, c’est un autre navire qui est poussé sur le rivage, qui transportait quatre jeunes mariés en lune de miel : Helena et Demetrius, Hermia et Lysandre. Ariel confond Demetrius avec Ferdinand et lui jette un sort qui lui fait perdre la mémoire et le précipite dans les bras de Miranda. S’apercevant de son erreur, Ariel prend alors Lysandre pour Ferdinand et lui fait le même coup. Demetrius n’est pas content et Prospero est très fâché! Pendant ce temps, Sycorax entourloupe Helena et la pousse dans les bras de Caliban. Ariel, découragée, plonge dans l’océan pour demander l’aide de Neptune. D’abord grognon d’être ainsi dérangé et maudissant les humains de polluer ses eaux, Neptune finit par céder à Ariel et lui promet de retrouver Ferdinand. Le premier acte aurait pu se terminer sur cette scène à grand déploiement. Mais, plus traditionnellement, c’est sur le désarroi de Prospero que le rideau se ferme, conscient d’avoir engendré une série de phénomènes désastreux qui l’éloignent de son objectif. Hermia retrouve son Lysandre mais s’aperçoit qu’il est obnubilé par son amour pour Miranda. Elle tombe sur Helena dont la mémoire semble revenir après avoir vu Demetrius épris de Miranda, lui aussi. Elle quitte alors Caliban qu’elle abandonne désespéré. Sycorax essaie de lui faire comprendre que telle est la loi de l’amour que : plus haut on grimpe, plus éprouvante est la débarque, _mais, peine perdue. Caliban rêve de dominer le monde pour en faire ce qu’il veut, mais même ses créatures fantasmatiques se retournent contre lui. Neptune, pendant ce temps, est parvenu à retrouver le navire de Ferdinand et à le faire échouer sur l’Ile. Les deux couples réconciliés par un autre truc plus efficace d’Ariel, accompagnés de Miranda et de Prospero, vont à la rencontre des habitants du navire. Ferdinand lit un document qui met fin à l’exil de Prospero. Après quoi, ses yeux croisent ceux de Miranda : l’amour fou s’empare d’eux sans besoin de philtre. Sycorax surgit alors des ténèbres pour défier Prospero. Ce dernier a encore assez de force pour la repousser. Or, deux ex machina oblige!: Neptune intervient en faveur de Sycorax et reproche à Prospero d’avoir abusé de Sycorax, de Caliban et d’Ariel, comme on avait abusé de lui quand il était plus jeune. Transi de honte, Prospero rend l’Ile à Sycorax dont il implore le pardon. Neptune chante les vertus de la compassion et Sycorax finit par pardonner à Prospero. Tous célèbrent alors une nouvelle ère de joie, de paix et d’amour. La Production du Met Dois-je insister davantage? Un travail d’équipe efficace, des interprètes de premier plan, une direction intelligente, des techniciens inventifs : difficile de demander davantage. C’est le plus souvent un plaisir d’entendre chanter David Daniels. Danielle de Niese, plus pétillante que jamais, suffit à égayer l’atmosphère. DiDonato, qui n’avait pu montrer tout ce dont elle est capable, l’an passé, dans le rôle secondaire d’Isolier (Le comte Ory), joue probablement un de ses plus grands rôles, réussissant même à transformer sa voix, plus rauque, comme écorchée, au début, quand elle est affaiblie, en une articulation plus ferme avec un timbre plus net et percutant quand, vers la fin, elle a recouvré tous ses moyens. Le duo avec son fils où elle tente de le consoler et celui avec Prospero où elle hésite à lui pardonner m’ont ému au plus haut point, surtout le premier avec Caliban, qui ne dit pourtant rien, mais dont les yeux et tout le corps parviennent à exprimer une souffrance insupportable. Pisaroni dit d’ailleurs que c’est son passage préféré. Déjà dans le Leporello du Met d’octobre 2011, il avait livré une performance éblouissante; mais dans ce rôle de Caliban, asez ingrat par ailleurs, il arrive à nous bouleverser, sans doute inspiré grandement par DiDonato qui semble avoir puisé dans son expérience personnelle des émotions intenses qu’elle nous a généreusement transmises. C’était le 136e rôle de Domingo, qui joue enfin le rôle d’un dieu. Et le 21 c’était le jour de son anniversaire! 74 ans ?! Seul son coiffeur le sait! La voix tend maintenant vers le bas, ce pourquoi j’ai fini par le classer dans la catégorie baryténor, mais l’homme gagne en hauteur, en grandeur en tout cas, et quelle joie remplie de reconnaissance éprouvons-nous chaque fois que nous avons le privilège de le revoir. Tous les autres chantacteurs enrichissaient la sauce, le contre-ténor léger Anthony Roth Costanzo (Ferdinand) et la jolie soprano lyrique Lisette Oropesa (Miranda), par exemple; mais j’aimerais souligner en particulier la belle et rare voix d’alto d’Elizabeth De Shong, dont j’ai cherché en vain des extraits sur youtube. On la classe officiellement comme mezzo mais, dans son rôle d’Hermia, on la prendrait aisément pour une contralto. La réputation du chef Christie n’est plus à faire. Celle de McDermott grimpe en flèche. Il faudra se souvenir également de la contribution de groupe comme celui de 59 Productions, dont les animations par ordinateur faisaient bon ménage avec les décors à l’ancienne peints directement sur les toiles. A l’époque baroque, on le sait, bien des machineries théâtrales arrivaient à produire des effets spéciaux au grand plaisir des spectateurs. Quand une sorte de spectacle réclame de la magie, le directeur doit intégrer à l’équipe des magiciens. Et, de nos jours, l’électronique permet des tours de magie assez sophistiqués. Créé au temps des Fêtes, ce pasticcio est tout à fait dans la note." Report Abuse
 Great Baroque Entertainment January 4, 2013 By Hugh T. J. (Dixon, CA) See All My Reviews "Saw this on PBS awhile back and recorded it. After I saw it a few times I decided it was a keeper. I was amazed at how familiar some of the arias were until I remembered it was a pastiche! Great performances by all the big names, a lots of fun." Report Abuse
Review This Title
Review This Title Share on Facebook




YOU MUST BE A SUBSCRIBER TO LISTEN TO ARKIVMUSIC STREAMING.
TRY IT NOW FOR FREE!
Sign up now for two weeks of free access to the world's best classical music collection. Keep listening for only $19.95/month - thousands of classical albums for the price of one! Learn more about ArkivMusic Streaming
Aleady a subscriber? Sign In